E3 2013 – le bilan (à froid, très froid) de Brioche et Maëla

e3-2013-header-copy

Maëla : De l’eau a coulé sous les ponts depuis l’E3, et on a attaque un semestre crucial pour les constructeurs… A 6 mois des fêtes, quel constructeur te semble être le mieux positionné stratégiquement?

Brioche : Directement à la sortie de l’E3 j’aurai dit Sony : avec une machine sans restrictions et surtout un tarif de 100€/$ inférieur à sa principale concurrente, la firme nippone a considérablement marqué les esprits. Toutefois,  Microsoft a depuis revue sa copie et la bataille va s’annoncer très serré, d’autant que la XboxOne a pour le moment un line-up un peu plus sexy que la PS4, et des jeux qui me semblent plus aboutis. Les indépendants seront plus nombreux sur PS4, mais le budget de Microsoft pour s’attirer des exclusivités est d’1 milliard de dollars, quand Sony ne peut plus mettre plus que 500 000 par projet extérieur à ses studios. Sur le long-terme ça jouera. La guerre se gagnera aussi dans la gestion des trésoreries, pour Sony il est impératif d’être rentable tout de suite, et Microsoft ne pourra plus continuer à empiler les échecs comme il a coutume de le faire ces derniers temps. L’urgence les poussera sans doute à choyer les joueurs, au final ce sont eux les grands gagnants.

Maëla : Effectivement, je te rejoins sur tes propos, les exclus me semblent plus solides du côté de la XboxOne et m’attirent plus que celles de la PS4 pour son line up, mais finalement, si je ne devais retenir qu’une seule image, qu’un seul instant de cet E3 ça serait le powerpoint sur lequel était inscrit le prix (399$/€) de la PS4. Dans la mesure où ces deux machines partagent (et partageront sans doute) 90% de leur catalogue respectif via des jeux multisupports, je pense que Sony est le mieux positionné, en tout cas à court terme, leur prix étant un argument de poids. Surtout que, dans le même temps, Microsoft n’a aucunement mis en avant et en valeur ce qui justifie cet écart de prix, à savoir Kinect, alors que je m’attendais réellement à ce qu’ils en fassent une démonstration “bluffante” (un genre de “waouw effect) de sorte à justifier une plus value vis à vis de sa (ses) concurrente(s).

Brioche : C’est vrai que l’absence de Kinect est étrange, et même regrettable car sans être trop friand de motion gaming, les capacités de ce nouveau capteur semblent être vraiment intéressantes. Je pense que comme Sony, Microsoft en ont gardé sous le coude pour tenir en haleine les joueurs jusqu’à l’automne, mon petit doigt me dit que la Gamescon sera riche en annonces !

Maëla : Qui à l’inverse te semble le moins bien positionné?

Brioche: Nintendo, qui en s’entêtant à faire bande à part finira par s’aliéner même les joueurs acquis à sa cause. La Wii U a vécu une première année de vie compliquée, et cet E3 devait enfin lancer la machine avec des jeux décisifs. Au final, le Nintendo Direct a tourné au fiasco et la machine attend toujours désespérément sa killer-app. Pire, le gamepad a complètement été occulté, aucun jeu ne semble savoir en tirer parti, et pour moi c’est un terrible aveu d’échec. Déjà dépassée techniquement, compliquée à marketter, et orpheline de jeux marquants… j’ai franchement du mal à décrypter la position de Nintendo, mais j’ai parfois l’impression que leur communication surréaliste trahit un embarras auprès de cette machine. Et la situation à Noel risque fort d’être cauchemardesque: lâchée par les éditeurs tiers, elle va se retrouver sans gros jeu face à deux machines bien plus puissantes, qui auront cash un line-up costaud et dont l’une ne sera qu’à 49€/$  de plus… je n’aimerai pas être à la place du service com’ de chez Nintendo! Car cette fois l’argument de la différence qui avait boosté les ventes de Wii n’a plus lieu d’être, et il ne reste donc plus que les licences maison pour attirer le chaland.  Malheureusement , elles sont de moins en moins inspirées et Nintendo peine à se renouveler. Si les ventes ne décollent pas d’ici le premier trimestre 2014, peut-être qu’il faudra faire ce que Sega a fait avec la Saturn et l’abandonner prématurément, pour repartir sur de bonnes bases. D’ici là, moi à leur place je ressortirai du placard les sagas oubliées qu’on aimerait tous revoir, et j’investirai surtout dans des studios externes, pour enfin amener cette fraicheur qui fait cruellement défaut à la Wii U.

Maëla : Effectivement, le NintendoDirect a été pour moi une douche froide. Alors que je frémissais d’impatience à l’idée d’enfin découvrir le nouveau Mario 3D, véritable fer de lance made in Nintendo, je m’attendais à tout sauf à une suite du Super Mario 3D Land sorti sur 3DS (bien que c’est un jeu que j’ai beaucoup aimé). Alors que je m’attendais à une claque de la part de Retro Studio, le Donkey Kong Country Tropical Freeze a été, pour moi, la déception de trop (si j’occulte la sortie tardive de Mario Kart 8), le catalogue de jeux manquant de variété. Je te rejoins également sur le GamePad, que je trouve sous exploité, alors qu’auparavant Nintendo avait pour habitude de construire et développer leurs jeux pour et par leur hardware et manettes, j’ai l’impression que leur réflexion, aujourd’hui, s’est inversée. Ca me donne le sentiment qu’ils développent leurs jeux et qu’ils se posent, ensuite, la question de savoir comment est-ce qu’ils vont bien pouvoir exploiter le gamepad.

Cependant, je garderai un peu plus de mesures sur leur situation actuelle. Quand tu parles de ressortir des licences ou sagas oubliées, je suis d’accord (et beaucoup de gamers le sont aussi), malgré tout, d’un point de vue stratégique il est important que Nintendo s’appuie sur ses jeux les plus populaires pour cette fin d’année. Leur but principal est d’inverser les courbes de ventes actuelles, donner enfin une dynamique positive à la Wii U, à ce petit jeu là Mario, Donkey Kong, Link et Sonic trouveront plus d’écho aux yeux du grand public (voire très grand public) que Samus, Kid Icarus ou le Capitaine Falcon. Je crois que, pour l’heure, il s’agit pour eux de jouer la carte de la “sécurité”. D’ailleurs, le remake HD de The Wind Waker va, selon moi, dans ce sens là, c’est un épisode qui s’est fort bien vendu sur GC (4,60 millions), là où un Majora’s Mask (que les fans auraient préféré voir en remake) voit ses ventes plafonner à 3,3 millions d’exemplaires sur N64. Donc, à défaut de surprendre l’audience, Nintendo mise sur la sécurité, malheureusement synonyme d’absence de prise de risque, mais le sursaut et la dynamique de la Wii U doit peut être passé par là. .Concernant le prix de la machine, je ne partage pas tout à fait ton point de vue. A l’heure actuelle, la Wii U est la console la plus chère du marché et doit convaincre avec une lodothèque encore très pauvre. A Noël, la Wii U sera la console la moins chère des next gen, avec une ludothèque qui se sera, d’ici là, étoffée avec ses fortes licences (au caractère, certes redondant, mais populaires malgré tout), elle sera à mettre en balance face à une PS4 (certes seulement plus chère de 50 euros) et une Xbox One qui verront leur line up majoritairement composé de titres présents sur PS3 et Xbox360. Et donc, paradoxalement, le problème actuel du prix de la Wii U, ne le sera plus forcément dans 6 mois. (sans oublier que Nintendo peut toujours annoncer une baisse de prix d’ici là, en même temps que la sortie de leurs “gros” jeux).

Brioche : J’ai justement peur que les ventes n’arrivent pas a s’inverser, même avec des licences fortes… Surtout quand ces dernières ne proposent pas de vraie valeur ajoutée ; pour le moment je ne vois ni Wind Waker ni le prochain Sonic faire vendre des machines. Et pas sur non plus que Mario 3D y parvienne, en tous cas dans les proportions nécessaires au redressement de la machine. Aussi, le (très) grand public sera de plus en plus difficile à convaincre, c’est un ensemble de consommateurs imprévisible qui n’a pas forcément envie de refaire une énième fois un Mario ou un Wii Party. Miser la dessus me semble risquer, et heureusement pour Nintendo que la 3DS est là. Elle, elle brillera à coup sur pour les fêtes : la machine est abordable, son catalogue est étoffé, proposant des titres vraiment inédits et parfaitement adaptés au support, comme animal crossing, castlevania ou luigi’s mansion pour ne prendre que les plus récents. Sans oublier la sortie de Pokemon qui va dynamiter les ventes… Quand a la Vita, a part la batman j’ai du mal à me souvenir des sorties prévues d’ici la fin de l’année ! Tu as une idée toi ?

Maëla : C’est vrai que concernant la Vita, j’ai l’impression que Sony communique autour d’elle plus au travers de la fonction de remote play qu’elle partagera avec la PS4 que par des annonces de jeux exclusifs à son égard. Dans l’absolu, je trouve ça intéressant que Sony insiste sur la “connectivité” entre PS 4 et Vita de sorte à imposer un “écosystème Playstation” (chose que Nintendo peine à faire entre la 3DS et la Wii U), cependant la base serait quand même de soutenir leur console portable en catalogue de jeux exclusifs et adaptés au marché nomade. Peut être réservent-ils des annonces à la Gamescom, ou peut être faut-il se mettre à l’esprit qu’à l’heure actuelle, il est peut être trop difficile, pour un constructeur, de soutenir à la fois une console portable et une console de salon, à l’image de la 3DS qui excelle là où la Wii U subit. Mais pour en revenir à la Vita, à l’arrivée de Gaikai elle pourra peut être retrouver un second souffle, ça en fera finalement une machine de choix pour profiter de tout le catalogue PS3, à défaut d’en faire une machine nomade à la ludothèque exclusive.

D’ailleurs, concernant Gaikai, le jeu en ligne et le PS+ on en sait plus concernant les modalités d’abonnements?

Brioche : Sony l’a confirmé lors de l’E3, oui un abonnement au PS+ sera nécessaire pour jouer en ligne sur la PS4. Certaines personnes se sont senties trahies, mais je préfère que le consommateur ait le choix plutôt que de voir répercuter le prix de l’abonnement sur chaque jeu vendu comme cela avait été évoqué dans l’industrie. Aussi, Sony a garanti que son service continuerait d’être généreux envers les joueurs, en offrant tous les mois jeux et contenus aux abonnés. Le service fonctionne bien, sa popularité est telle que même Microsoft s’en inspire désormais !  Quand à Gakai, c’est encore assez vague puisque le service ne sera lancé qu’en 2014, et aux Etats-Unis pour commencer. Sony préfère ne pas se précipiter car outre les aspects technologiques qu’il faut impérativement maîtriser de bout en bout, l’enjeu sera aussi d’inventer un nouveau modèle économique qui puisse garantir à Gaikai un succès proportionnel à l’investissement qui a été fait. Et je suis persuadé que la Vita aura un rôle clé à jouer dans ce business modèle, on peut par exemple tout à fait imaginer une Vita vendue avec une subvention, celle ci servant à payer le service, à la manière des forfaits téléphoniques. J’espère juste qu’il ne faudra pas repasser à la caisse pour tous les contenus PSN déjà achetés, comme Nintendo l’impose pour transférer ses achats de la console virtuelle de la Wii à celle de la Wii U. Maintenant reste à savoir si Microsoft réussira à proposer une option similaire sans disposer de périphérique nomade. Car la perspective de jouer partout, tout le temps à tout son catalogue reste extrêmement séduisante. S’il il désire concurrencer Sony sur ce terrain, Microsoft pourrait s’appuyer sur un parc d’appareils déjà installé, en offrant pourquoi ses services sur tous les périphériques Ios ou Android, via une app dédiée qui pourrait, soyons fous, gérer aussi un pad Xbox One…  Tu crois que c’est envisageable?

Maëla : Je serai tenté de dire que c’est une tendance qui tend à se démocratiser.

On en a vu les prémisses lors de cet E3, par l’intermédiaire de jeux tels que Battlefield 4, The Division ou Project Spark qui exploitent l’interface tactiles des tablettes en proposant des modes de jeux dédiés où l’utilisateur aura la possibilité d’influer sur les parties onlines via une interface pensée pour les tablettes/smartphone. Ca reprend un peu l’idée du gameplay asymétrique de la Wii U (avec l’apport du multitouch dont l’absence sur le gamepad peut faire défaut), dans la mesure où ces périphériques offriront une vision et des interactions différentes par rapport aux joueurs présents directement sur le “terrain”. L’avantage de ces features est qu’elles reposent sur des devices largement répandus de nos jours et donc susceptibles de concerner le plus grand nombre. De là à imaginer la possibilité de streamer l’intégralité d’un jeu sur tablette, c’est techniquement possible et d’ores et déjà mis en application par Onlive (tu peux jouer en cloud, sur ta tv, sur ton PC/Mac et tablettes avec l’ajout d’une manette prévue à cet effet).

Personnellement, c’est une alternative qui me séduit, le problème étant, qu’actuellement, le catalogue de jeux mis à disposition manque d’exhaustivité et que la latence est parfois trop perceptible. Mais je reste persuadé qu’à l’avenir, ce type de consommation de jeux vidéo prendra de l’ampleur, tant les avanatges sont palpables : finis les hardwares surpuissants à imposer et à rentabiliser, finis les portages et optimisations de jeux selon les supports, seul le service sera au centre des attentions. Tu ne crois pas qu’un acteur (déjà présent, ou non, sur le marché du jeux vidéo à proprement parler) pourrait parvenir à imposer cette vision?

Brioche : C’est certainement un projet pour plusieurs acteurs du marché, mais aujourd’hui les limitations techniques et la segmentation des écosystèmes sont sans doute des obstacles majeurs à un déploiement à grande échelle. A ce jeu là je pense que Steam voir Apple pourraient bouger leurs pions, en tous cas Microsoft et Nintendo semblent les moins avancés sur le sujet. C’est à surveiller, et je pense que ça se démocratisera en douceur au cours de cette génération. On évolue même sans trop le vouloir, à la base j’étais “contre” les DLC et les jeux dématérialisés… aujourd’hui, si je reste attaché à la traditionnelle boite, j’aime bien aussi pouvoir switcher rapidement d’un jeu à l’autre. Quand aux  DLC, certains amènent une vraie valeur ajoutée à nos jeux, d’autres sont de vastes fumisteries: là encore c’est aux consommateurs de jouer, en envoyant les bons signaux à l’industrie. Et cette génération verra l’avènement du free-to-play, une tendance née sur les réseaux sociaux et les mobiles et qui peut être monstrueusement rentable pour les éditeurs… mais eaucoup moins pour les joueurs ! Je suis pour le moment très réfractaire à ce système, voyant combien d’euros certains petits jeux iOS ont pu me ponctionner en se basant sur ce modèle ! Je lui reproche son manque de transparence, jusqu’où doit)on aller pour avoir un jeu complet? Il faudra éviter le syndrome de démo payante dont semble souffrir Killer Instinct. Par contre lui sortira aussi en boîte, finalement un bon compromis pour combler tout le monde. Tu penses quoi du free to play ?

Maëla : C’est vrai que le Free To Play est également une tendance qui “risque” d’émerger sur cette génération de machines. A vrai dire, je n’ai pour l’instant qu’un avis neutre sur la question car je n’ai, pour l’instant, jamais consommer de jeux reposant sur ce principe là. Je serai tenté de dire que c’est un modèle qu’il ne faut ni diaboliser ni encenser, et ton parallèle avec les DLC est juste, dans la mesure où si les “Inconnus” se reformaient, on pourrait avoir droit à un sketch sur le comparatif entre “Le Bon DLC et le Mauvais DLC”. Il est, d’ores et déjà, primordial d’éviter le syndrome du “Pay To Win” qui, sur des jeux multijoueurs peut totalement déséquilibrer le gameplay en favorisant le porte monnaie du joueur au détriment de son skill. Mais on pourrait imaginer que sur un jeu de course automobile, les véhicules ne soient accessibles, qu’après achat, plutôt que d’avoir d’emblée des centaines de véhicules à disposition, pour au final n’en conduire qu’une poignée. Dans le même ordre d’idées, je ne sais pas si Killer Instinct souffrira du syndrome de démo payante, car au final ça me semble intéressant d’avoir la possibilité de ne s’attarder que sur les personnages de son choix dans un jeu de Versus Fighting. (même si dans ce domaine là, tu es infiniment mieux calé que moi). Dans tous les cas, si on a le choix entre du Free To Play et du jeu en boîte, c’est un bon compromis et si c’est du Free To Play “only” ça peut valoir le coup si les dépenses proposées sont raisonnables et qu’elles ne dénaturent pas le gameplay. J’attend réellement de voir comment ce modèle va se démocratiser, mais pour l’instant je ne suis pas plus inquiet que ça. Par contre, il y a un modèle qui me dérange un peu plus. Pour étayer mon “inquiétude” je vais prendre pour exemple “The Division” : de prime abord le jeu m’a bluffé, l’aspect technique est sublime, les animations fourmillent de détails et le rendu, dans sa globalité, rend hommage au surplus de puissance des Next Gen par rapport aux consoles actuelles. Mais le “problème” réside pour moi dans son principe de MMO affublé d’environnements Open World, car en plus de constituer une expérience qui me semble être très (trop) chronophage, j’y vois là dedans une solution de “facilité” (le terme n’est pas le plus approprié) qui pourrait se résumer à du :”Voilà, on vous propose un immense terrain de jeux, on vous invite (oblige) à y prendre part online avec des potes, et débrouillez vous”. Mes propos sont volontairement caricaturaux, mais c’est pour souligner le fait que sous couvert de possibilités online solides et de faculté à tout transposer dans de l’open world, cela se fasse au détriment d’un level design léché, d’une narration qui nous tienne en haleine, d’un gameplay inventif et surprenant. J’aurai, du coup, les même griefs à adresser à l’encontre de “The Crew” et dans une moindre mesure “Watch Dogs” où l’aspect tout connecté risque de reléguer, en second plan, en mode solo solide et bien rythmé.

Tu comprends/partages mes inquiétudes?

Brioche : Titan Fall non plus n’aura pas de mode solo d’ailleurs, mais tout dépend des possibilités qui sont offertes au joueur. Les derniers Call Of et autres Battlefield restent de très bons jeux grâce à leur modes en lignes, par exemple…. Personnellement, je ne pense pas que cela devienne une tendance, mais il est évident que le on)line prendra de plus en plus de place. Ce qui est fait avec Watch Dog est d’ailleurs sympa: on pourra intervenir directement dans la partie de gens au hasard, et cela déclenchera une séquence entre les deux joueurs qui se fond complètement dans le mode solo de la personne “hôte”.  Cela se déroule dans une transparence assez bluffante ! Si ça peut te rassurer, l’option est désactivable. J’aime ce genre d’initiatives, intégrer un peu de multi tout en gardant un solo conséquent… peut-être que The Division va plus loin, mais on sent qu’Ubi a envie de prendre des risques, c’est bien je trouve, parce que ce n’est pas facile de créer sur consoles de nouveaux genres. Au delà de ça, pour calmer ton inquiétude, le jeu a l’air quand même super beau, profond et intéressant, même si plus le temps passe et moins nous avons le temps de nous investir dans des jeux qui demandent qu’on s’y attarde pour en profiter pleinement. Il faut aussi saluer Ubisoft pour avoir su conquérir le public avec une nouvelle franchise, et ce pour la deuxième année consécutive. Chapeau!

D’ailleurs cet E3 a été vraiment riche en nouvelles licences, et c’est un des points forts de cette cuvée.  Ces nouveautés ne feront peut-être pas toutes des petits,  mais c’est toujours agréable d’avoir du neuf entre les mains. La nouvelle IP qui m’a le plus excité c’est Quantum Break, qui inaugure sur Xbox One le cross-media. Ayant beaucoup aimé Alan Wake, j’attendais le nouveau Remedy avec grande impatience, et je ne suis pas déçu! Apparemment, les choix faits dans le jeu changeront l’issue des épisodes de série, c’st génial ! Si j’ai bien compris, le jeu sera découpé en chapitres et après chaque chapitre il conviendra de regarder un épisode pour suivre l’histoire. C’est vraiment novateur et le jeu, en plus d’être sacrément beau, semble disposer d’un background solide et passionnant. Le genre de jeu qui me fera à coup sur craquer sur la One!

Et toi quelle est la nouvelle licence qui t’a le plus marqué ?

Maëla : Bien que je salue l’initiative et le concept de Quantum Break (d’autant plus que c’est le jeu qui semble représenter, le mieux, la philosophie de la XboxOne en faisant le lien entre “tv” et jeu), ce n’est pas nécessairement le genre d’expérience qui me fera craquer. Force est de constater que tu me poses une “colle”, car j’ai réellement du mal à te citer une nouvelle licence qui m’ait profondément marqué. Même si j’ai, précédemment, formulé des inquiétudes à l’encontre de The Division ou Watch Dogs, je ne peux que saluer les efforts mis en oeuvre par Ubisoft pour proposer des nouvelles licences.

Non vraiment, je cherche mais en vain, bien qu’il y ait malgré tout, de nouvelles ip qui attirent mon attention. Je pourrais te citer The Witness (de Jonathan Blow, le créateur de Braid), ou tout simplement The Wonderful 101 (même si le jeu était déjà connu) ça reste malgré tout une nouvelle licence dont le concept et la direction artistique m’attirent. Mais si je pousse le raisonnement plus loin, et si je devais dresser un bilan global de cet E3, cette édition 2013 fut, certes, riche en annonces de jeux (de plus en plus aboutis, c’est indéniable), il n’y a finalement eu que peu d’éléments susceptibles de me faire rêver/baver. Je reconnais, par ailleurs, bien volontiers que le gap graphique que promettent les next gen (bien que moins prononcé que la transition entre Xbox/PS2 et Xbox360/PS3) suffit à me faire prendre conscience que les versions current gen de jeux tels que Battlefield 4 ou Watch Dogs souffriront de la comparaison avec les versions next gen.

Pour résumer mon ressenti, au global, je retiendrai essentiellement :

– L’annonce du prix de la PlayStation 4, ainsi que son design que je trouve personnellement très réussi (c’est peut être détail mais dans le respect de la bonne homogénéité de mon salon ça compte! )

– Battlefield 4, qui reste pour moi une valeur sûre et un des rares jeux susceptibles de me faire craquer pour une console Next-Gen.

– Mario Kart 8, qui est une de mes licences favorites, tous supports confondus, et je crois que sur ce salon c’est le titre auquel j’ai le plus envie de jouer (d’autant plus que cette itération me semble aussi jolie que fluide!)

– Et enfin, je retiendrai la déception que m’a procuré le Nintendo Direct, j’en attendais beaucoup (certainement trop!), même si, à froid, les jeux présentés m’attirent, mais que sans avoir réellement rêvé je “comprends” leur stratégie de “redressement” de la Wii U, reste à savoir si les chiffres de vente leur donneront raison.

Et pour toi?

Brioche : – Malgré deux philosophies différentes, les constructeurs ont proposé avant tout du jeu et ont placé les joueurs au centres de leur stratégie. Ca n’a pas toujours été le cas, et c’est à souligner !

– Deux manettes qui semblent pétries de qualité et quasi parfaites, malgré leurs différences. Du coup, je meure d’envie de les essayer !  Le pad de la PS4 pour ses innovations et sa petite rupture avec la manette PlayStation de 1995, et celui de la One parce Microsoft a su améliorer un modèle qui était déjà excellent, croix directionnelle mis à part. Son ergonomie, son design et ses gâchettes vibrantes ont l’air d’être des vrais plus comparé à celui de la 360.

– Forza 5, Quantum Break, MGS V, Battlefield 4, The Division, Watch Dogs… j’ai hâte de TOUS les faire ! On a été gâtés en jeu, et si je devais n’en retenir qu’un je prendrai évidemment MGSV, car c’est la plus grosse baffe graphique de l’E3. Elle fait suite à une com’ encore incroyable de Kojima ; de plus les features qu’on a pu voir du jeu laisse aussi entrevoir un saut générationnel sur le plan du gameplay. Deux absences à souligner : GTA V bien sur, mais surtout Call of Duty qu’on a vraiment peu vu sur le salon. Il faut dire que Ghost n’a pour le moment rien d’un jeu “next-gen”.

– Les destins croisés des consoles de cette génération: si la 360 n’a quasiment plus rien à se mettre sous la dent, la PS3 passera elle encore un Noël de qualité avec Gran Turismo 6, Beyond ou les jeux éditeurs tiers qui vont encore faire des heureux. Les packs prévus assureront aussi beaucoup de ventes de consoles à Sony, quand à côté Microsoft propose une offre famélique sur l’offre Gold et une troisième mouture de la 360, sans baisse de prix et pas franchement réussie esthétiquement. RIP?

– Nintendo qui a à mes yeux loupé sa dernière chance de lancer sa Wii U: sans feature à même de séduire le grand public, un hardware dâté et très peu de jeux, je me fais du souci pour la machine.  Pas sur que les licences Nintendo, qui commencent toutes à s’essouffler dangereusement, puissent encore porter à elles seules les ventes alors que le marché a été bouleversé par nos nouvelles habitudes de consommation. La firme japonaise refuse d’adapter sa stratégie et c’est pour moi une grave erreur.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s