Playstation 4, Xbox 720 : on y est.

Fuites, indiscrétions, rumeurs : les signes avant coureurs ne trompent pas, la prochaine génération de machines est sur le point d’être annoncée. Sony ne fait même plus de mystère : un gros événement concernant le futur de la marque Playstation aura lieu le 20 février, et la vidéo promo de l’événement (intitulée « see the future ») ne laisse plus de place au doute.

 

Mais dans cette jungle de suppositions, que pouvons-nous réellement anticiper aujourd’hui? Petit tour d’horizon de ce qui nous attend…

Sans rentrer dans de fastidieux détails, les spécifications techniques supposées semblent être suffisamment musclées pour proposer une évolution conséquente par rapport à ce que proposent les machines d’aujourd’hui. Mais ce qui saute aux yeux c’est la proximité des deux machines avec une architecture PC. Facilité de programmation, prix des composants, communication inter machines renforcée… les avantages sont nombreux, et les construcrteurs devraient perdre moins d’argent au lancement qu’à l’accoutumée.

En revanche, nous ne savons que peu de choses quand aux expériences de jeu de ces machines. On parle avec insistance de Kinect 2 chez Microsoft, de cloud gaming chez Sony (qui a racheté Gaikai l’année dernière), de la diversification des contenus chez les uns et chez les autres… Petit tour d’horizon des tendances :

Xbox 720, ou Durango

–         Un Kinect 2 dans toutes les boîtes. Kinect est aujourd’hui une marque reconnue, appréciée et qui pourrait bien supplanter la Wii dans le cœur des afficionados de motion gaming. Le succès aurait été total si la première mouture de ‘natal’ avait su être moins capricieuse en conditions : espace, luminosité, puissance de calculs… Son successeur devrait corriger ces erreurs de jeunesse, pour pouvoir tourner dans de petits salons, reconnaître plus d’un joueur sans faiblir et surtout être –enfin- parfaitement réactif. Vendu d’office avec la machine, Microsoft va en faire un atout de poids pour cette génération, histoire de se mettre définitivement les casuals (et leurs sous) dans la poche.

–         Un marché de jeux toujours plus fourni, avec des jeux 360 à télécharger et toujours un bon paquet de jeux dématérialisés, eux qui ont joué un rôle prédominant dans le succès de la 360… On attend donc avec impatience les successeurs des Trials, Braid, Limbo, Fez, Super Meat Boy ou autre Shadow Complex.

–         L’utilisation possible de tablette et de smartphone pour jouer. L’année dernière, Microsoft lançait Smartglass, une application multi os qui transforme votre téléphone ou tablette en un second écran pour  interagir avec la Xbox 360. Pour le moment, l’expérience tient plus du gadget qu’autre chose, mais cette fonctionnalité pourrait se développer et proposer de nouveaux types de jeux. Outre les inévitables portages d’applis mobiles, on pense à une utilisation du périphérique Smartglass proche de ce que propose la Wii U.

–         La Xbox 360 a vu son dashboard muter d’années en années, pour proposer en fin de vie un véritable hub numérique : marché de films et de musique, applications dédiées aux chaînes tv, navigateur web… sa petite sœur devrait lui emboîter le pas et proposer toujours plus de divertissement pour l’utilisateur. Microsoft veut faire de sa Xbox l’appareil central du salon, et si nous ne croyons pas à la machine unique, la 720 pourrait en tous cas devenir la box multifonctions de référence de demain

–         La surprise du chef pourrait être l’IllumiRoom, technologie présentée en grandes pompes au dernier CES : un système de projections d’images sur l’environnement du joueur, permettant une immersion totale dans le jeu. La pièce est scannée, puis des images sont projetées aux alentours du téléviseur sur les murs, le sol et le plafond, comme si l’image débordait de l’écran… Mais la technologie est-elle au point ? Financièrement viable ? Et surtout, facilement adaptable à tous types d’environnements ? Je pense que cette technologie sera présentée comme un accessoire en milieu de vie de la machine, pour relancer les ventes. Le temps, surtout, que le système soit au point…

Playstation 4, ou Orbis

–         Un nouveau pad avec écran tactile. La dualshock n’a que peu évolué depuis 1995, et il serait peut-être temps de moderniser le pad Playstation. Comme pour la Wii U, un écran tactile pourrait être inséré dans la manette de jeu, voir pourquoi pas un pavé tactile à l’arrière. Cela ne vous rappelle rien, vous les 10 acheteurs de la Vita ? Oui, en proposant un support de jeu similaire à sa machine portable, Sony pourrait renforcer l’inter connectivité entre ses supports et, par la même, relancer l’intérêt pour sa Vita. Pas con.

Image

–         Du Cloud Gaming partout, tout le temps. Avec le rachat de Gaikai l’an dernier, Sony a frappé un grand coup en se mettant sous la poche un concurrent potentiel. Alors que le marché des consoles pourrait, d’ici quelques années, être totalement délocalisé et les jeux être streamés sur sa box internet, autant prendre les devants. Si la technologie est au point, les structures réseau ne le sont pas encore pour supporter des besoins en débits colossaux. Par contre, pour jouer à des jeux PS1, PSN, PS2 voir PS3… cela devient complètement envisageable. Imaginez grâce à n’importe quel navigateur web pouvoir continuer les parties de GTA San Andread, de Journey et d’Assassin’s Creed commencées dans  le métro sur votre PS Vita ? Si son cadre dépasse allègrement le cadre de la simple PS4, cette infrastructure sera certainement au cœur de la prochaine console de Sony.

–         Une version améliorée du PS Move ? Pourquoi pas ! Bien que le périphérique de Sony s’est avéré être le plus précis de tous les accessoires de motion gaming, il n’a jamais réussi à décoller. Mal markété, inconnu  du public visé et souvent raillé pour n’être qu’un pompage de la Wiimote, le PS Move n’a pas été aidé par Sony : sa ludothèque ressemble aujourd’hui à celle de la PSVita Jaguar ou de la 3D0, alors qu’il y avait la place pour en faire quelque chose de sympa.  Pourtant, en intégrant d’entrée de jeu une version encore plus performante dans les bundles de PS4, la base d’utilisateurs serait suffisamment nombreuse pour susciter l’intérêt des développeurs et lancer enfin le périphérique.  Surtout que la Wii U n’a pas laissé  tomber les Wiimotes et Microsoft n’abandonnera certainement pas Kinect… Puis face à ce dernier le PsMove a un avantage considérable : quelque soit l’interface, il est souvent plus confortable, au final, d’avoir quelque chose en main pour jouer.

–         Technologie 4K, ou Ultra HD : on n’y croit qu’à moitié. Sony aime beaucoup proposer le dernier cri en matière de technologie pour ses Playstation, mais est-ce raisonnable d’aller déjà au delà de la HD ? Financièrement pas du tout, et commercialement difficile – les gens ne sont pas prêts à s’équiper massivement en nouveaux téléviseurs ; Sony ne devrait donc pas se jeter dans cette bataille là. Mais devrait garder cet atout dans sa manche, pour proposer à mi parcours de sa PS4 cette option ; via de l’upscaling ou des contenus dédiés, tout reste encore possible.

–         L’accent mis sur le jeu plus que sur le divertissement. Face à la polyvalence de la Xbox et son offre pléthorique de contenus, la PS4 aura du mal à tenir la cadence. On pense donc qu’elle se contentera du plus rentable : un marché de contenus vidéos, un marché de musique et des applications de VOD pour les américains. Rien d’autre ? Non, le jeu sera au cœur du système, une stratégie qui tranche radicalement avec les précédentes Playstation, mais qui a semble réaliste et pragmatique. Puis Sony a déjà commencé ce virage avec la Vita, qui ne propose pas beaucoup plus de choses que la PSP, alors qu’elle aurait pu être vendue comme une super machine à tout faire. Nuls doutes que la PS4 suivra le même chemin, afin de séduire avant tout les gamers. Pour cela, Sony pourra aussi et surtout compter sur ses nombreux studios et partenaires exclusifs pour abreuver la machine en grosses exclus. Comme jadis, Sony semble penser que la guerre des consoles se gagnera sur les jeux : qu’ils aient raison ou non, c’est tout bénèf pour nous !

Rendez vous donc dès le 20 février pour le début des hostilités !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s